Dr Benoît PHILIPPE

Chirurgien Maxillo-Facial et Stomatologue à Paris

19 rue de Téhéran - 75008 Paris

01 47 42 90 70

S’alimenter après une ostéotomie

Bien que de nos jours un simple guidage élastique des mâchoires remplace le blocage complet des mâchoires mis en place autrefois, le patient et son entourage familial doivent connaître les modalités d’alimentation post-opératoire.

D’autres considérations post-opératoires modifient pour les opérés les conditions d’alimentation : l’œdème des joues et des lèvres, l’insensibilité des lèvres ou la crainte pour le patient d’utiliser ses mâchoires récemment opérées.

Au cours des deux premières semaines, seule une alimentation liquide puis mixée, froide puis tiède est possible.

Parmi les aliments sucrés ;  yaourts,  compotes et autres crèmes aromatisées en tubes absorbables sans efforts sont recommandés. Plus tard, grâce à la diminution de l’œdème des joues et des lèvres il est possible d’absorber ces aliments sucrés à l’aide de grosses pailles (yaourts à boire).

 

Parmi les aliments salés, les purées et tous les pots pour Bébé sont indiqués. Il est vivement recommandé au futur opéré de goûter avant l’intervention plusieurs spécimens pour sélectionner ceux qui correspondent le mieux à ses goûts. L’usage d’un mixeur pour Bébé permet de confectionner des rations « sur mesure ».  Les aliments mixés lisses seront privilégiés (purées mousselines) tandis que les aliments mixés collants seront écartés (pommes de terre, semoules, etc.)

 

Il est vivement conseillé d’enrichir les préparations à l’aide de rations hyper-protidiques vendues en pharmacie, de fromage fondu, de jaune d’œuf ou d’œuf entier, de crème et de tout autre laitage…)

 

De la troisième à la quatrième semaine, le patient est le plus souvent autorisé à retirer ses élastiques au moment des repas pour faciliter son alimentation et lui permettre d’acquérir l’usage de sa nouvelle occlusion.

Seuls sont autorisés les aliments mous qui ne nécessitent pas de « croquer » tandis que la consistance des aliments mixés sera progressivement augmentée.

 

Au cours du second mois, bien que des exceptions soient toujours possibles,  le patient ne porte plus d’élastiques intermaxillaires et l’alimentation augmente progressivement en consistance pour redevenir normale au troisième mois.

 

Dans tous les cas et parce que les habitudes alimentaires des opérés  sont perturbées par les conditions d’alimentation post-opératoires inhabituelles, des malaises hypoglycémiques (perte de connaissance) peuvent survenir, il est vivement de porter toujours sur soi des sucres rapides facilement utilisables (compotes de fruits ou lait concentré en tube)

             

Pour toute question, le secrétariat du Dr Benoît Philippe se tient à la disposition des futurs opérés par téléphone au 0147429070 ou par mail  info.drbpparis@gmail.com

Article rédigé par le praticien le 10/10/2017

Le site du cabinet dentaire a été réalisé par Webdentiste.fr